Findhorn

La communauté de Findhorn fut fondée en novembre 1962 par Peter et Eillen Caddi ainsi que par Dorothy Mac Lean. Il faudrait sans doute citer également Sheena Govan parmi les fondateurs. Selon David Spangler , qui en sera un des premiers co-responsables (1970), le secret de ce centre viendrait de la relation mystique établie entre les premiers communautaires et les forces spirituelles invisibles de la nature. L’histoire de Findhorn repose sur des messages et des directives que les fondateurs auraient reçus de la part de deva, c’est-à-dire d’esprits de la nature.

Dans La voix des anges, Dorothy Mac Lean écrit :

« Les forces de la nature sont quelque chose qu’il faut ressentir, qu’il faut atteindre. Une de tes tâches, en tant qu’enfant libre, est de ressentir intérieurement les forces de la nature telles que le vent, de percevoir leur essence et leur but et d’être positive, de s’harmoniser avec cette essence. »

Et l’esprit poursuit son exhortation :

« Ouvre-toi et recherche ce royaume de la nature avec sympathie et compréhension. Tiens-toi à moi, tous ensemble vous construisez ce monde nouveau ».

Ainsi va naître une vie collective théocratique où chacun des membres obéit au savoir spirituel acquis par les plus éveillés parmi eux, c’est-à-dire ceux qui reçoivent les messages de ces fameux esprits de la nature.

Enthousiaste, sir Georges Trevelyan – qui soutiendra financièrement la communauté – définit Findhorn comme :

« Une nouvelle société qui se consacre vraiment à Dieu et à la survie grâce à la collaboration consciente de l’être humain avec des êtres des mondes plus élevés ».

Globalement, nous assistons à Findhorn à un mouvement de re-sacralisation de la terre et à la réapparition d’une conception animiste et mystique de la planète, appelée la déesse Gaïa selon la terminologie que le poète Hésiode (VIIIème siècle avant JC) avait déjà utilisée dans sa Théogonie. Le culte à la déesse Gaïa est au centre de la « deep ecology ».

Les commentaires sont fermés.