Abd Ru Shin

Oskar Ernst Bernhardt (1875-1941) est né à Bischofswerda en Saxe, dans une famille chrétienne. Autodidacte, il voyage beaucoup, y compris en Orient. En 1924 il s’installe en Bavière pour écrire ses premiers messages et prend le nom d’ « Abd Ru Shin » (fils de la Lumière). En 1924, il fonde le « Mouvement International du Graal », et publie en 1926 : Dans la Lumière de la vérité. Emigré à Vomperperg, au Tyrol, il se fait naturaliser autrichien. Déporté par les nazis, il meurt en Silésie en 1941. De 1947 jusqu’à sa mort en 1957, sa fille Maria prendra la relève, relayée ensuite par une de ses petites filles, Irmingard.

Abd Ru Shin se présente comme le promoteur d’un néo-gnosticisme « adapté » à l’homme d’aujourd’hui. Il s’agit d’une sorte de syncrétisme entre les traditions orientales et le celtisme, le tout présenté sous l’autorité du Christ des Evangiles, relus à la lumière des révélations dont notre auteur prétend avoir été gratifié. Abd Ru Shin se présente comme le « Fils de l’homme » annoncé par Jésus ; tout comme celui-ci, il est une « étincelle divine », venue accomplir le jugement de la fin des temps. Jésus était venu dans ce monde pour aider les hommes par sa prédication. Sa passion n’est pas un mystère rédempteur, mais une péripétie malheureuse due à l’incompréhension de ses contemporains. Le message d’Abd Ru Shin serait l’ultime parole de Dieu adressée aux hommes après l’échec de la mission de Jésus-Christ.

Comme la plupart des nouveaux courants religieux, le Mouvement du Graal veut préparer l’avènement de l’Ere Nouvelle, qui nécessitera des hommes nouveaux, initiés aux arcanes de la gnose authentique, qu’Abd Ru Shin veut mettre à la disposition de notre temps.

Le parcours initiatique qu’il propose s’inspire du mythe du Graal, et donnerait accès au « Royaume spirituel ». Celui-ci se présente comme une « île bleue » au sommet de laquelle s’élève le Manoir du Graal, dans lequel est conservé la Coupe sacrée du Pur Amour. Le Grand Maître chargé de conduire les hommes de notre temps à la connaissance, est Parzival, alias « Imanuel », le « Chef suprême de la grande centrale énergétique, le Saint Graal, qui reçoit et distribue la Force divine dans toute la Création ».

On voit apparaître les grands thèmes du néo-gnosticisme cher au Nouvel Age : un divin énergétique, au sein duquel émerge par émanation un univers holistique, dans lequel chaque partie est en interaction avec le Tout selon la règle de correspondance enseignée par l’hermétisme.

Sur cet horizon spiritualiste, se développe ensuite un discours « écologique » prétendant gérer la distribution de l’énergie depuis sa Source – le Manoir du Saint-Graal – jusqu’à chaque partie de l’univers, sous la direction de Parzival, « l’éternel Médiateur entre Dieu et ses créatures ».

Mots-clefs :, , , , , ,

Les commentaires sont fermés.