Amma, « la Sainte qui étreint » (1)

Amma, la Sainte qui étreint, fait courir les foules en France. Les personnes qui l’ont approchée témoignent avoir bénéficié d’un grand apaisement. Il semble même à certains que cette rencontre aurait favorisé leur retour à la foi chrétienne. Qu’en est-il ?

Il est probable qu’au terme d’un long cheminement ascétique, cette dame soit parvenue à la maîtrise de ses passions. Au cours d’une précédente rencontre, nous avions déjà fait le rapprochement entre le domaine des passions de l’âme et le fameux corps astral de l’anthropologie occulte. Il est vraisemblable que dans cette brève étreinte, Amma unit quelques instant son corps astral à celui de la personne qui s’ouvre à son influence, entraînant une sorte de dilution de ses tensions intérieures dans l’océan d’énergie astrale avec lequel elle est mise en contact par l’intermédiaire d’Amma.

Cet apaisement n’est bien sûr que temporaire, la cause des tensions n’étant nullement éliminée ; d’où le désir de retrouver cette expérience gratifiante mais éphémère, au cours d’une autre étreinte.

Il n’est pas étonnant que dans certains cas le soulagement des tensions psychiques ait favorisé l’ouverture à la grâce de l’Esprit Saint. Mais il ne faudrait pas établir entre l’étreinte d’Amma et le mouvement de conversion un lien de cause à effet : la cause du retour à l’Evangile est l’action de l’Esprit Saint ; l’apaisement temporaire des tensions n’est que le contexte favorable qui permet à la cause de produire son effet. Il ne faudrait pas non plus confondre la sérénité naturelle induite par l’étreinte d’Amma avec la paix surnaturelle, fruit de l’Esprit.

5 réponses à “Amma, « la Sainte qui étreint » (1)”

  1. Anonyme 15 janvier 2007 à 13 h 42 min #

    Pensez-vous que seule la religion catholique produit des saints ? Pensez-vous que l’Esprit Saint ne peut se manifester dans tout homme qui a transcendé son égoisme, qui a purifié son coeur, et dont la vocation est de servir son prochain, et cela indépendamment de sa religion ? de ses croyances ou de sa culture ? à moins que vous ayez décrété que l’Esprit saint soit tenu de respecter les convenances humaines ? Pensez-vous que Dieu soit limité par ce que les hommes à travers leurs religions pensent de Lui ? Si vous me dites oui, je vous répondrai que vous avez une piètre idée de Dieu.

    • Père Joseph-Marie Verlinde 18 janvier 2007 à 13 h 19 min #

      Rassurez vous je ne vous dirai pas « oui » : ce serait contredire la Révélation toute entière : Ecriture, Tradition et Magistère. L’Esprit Saint est heureusement libre de se répandre même là où les théologiens ne l’ont pas prévu ! Mais tout en se réjouissant de cette effusion de l’Esprit dans tous les cœurs de bonne volonté, le chrétien reconnaît et cherche la grâce sanctifiante en Jésus, dans sa Parole et dans ses sacrements.

  2. Anonyme 16 janvier 2007 à 14 h 00 min #

    Père, j’ai connu Amma et j’ai reçu son « darshan » pendant des années, je suis même allée en Inde car j’étais sous influence de ce gourou, je ne le dis pas avec méchanceté mais il n’en reste pas moins qu’Amma tout comme Ma Anandamoyi lorsqu’elle était dans son corps, comme disent nos amis hindous, sont issues de la tradition hindoue et considèrent Jésus comme un avatar, Amma m’a lancé un regard un jour de « Devi Bahva » qui m’a rendue folle d’amour, c’était « ce » regard que j’attendais, lorsque je faisais le « seva » (bénévolat) pour Amma, je tremblais en lui tendant les offrandes qu’elle donnait en embrassant les « disciples », Amma est une idole, à ce titre, le discernement est plus que nécessaire, elle attire les foules, je renvoie les lecteurs, si vous publiez mon commentaire, à votre analyse des égrégores, nous sommes là vraiment en plein dans ce phénomène ! J’ai reçu des grâces d’Amma, je peux le dire, mais ces grâces tout comme celles que j’ai pu recevoir des lamas tibétains que j’ai connu de façon proche, m’ont vraisemblablement aidée à retourner vers le Père comme le fit le Fils Prodigue. Lorqu’Amma ou un gourou auquel je m’étais attachée pendant des jours à force de pratiques et de mantras s’en allait, je me retrouvais dans un désespoir sans fin et pleurais à chaudes larmes, j’étais inconsolable, est-ce là ce que le Seigneur souhaite de ses enfants, cette dépendance, je ne le crois pas, Il souhaite nous voir et nous sentir heureux et non dépendants, Amma, c’est la fusion et ce n’est pas l’altérité, d’où une confusion que d’aucuns peuvent ressentir après le « darshan », un chamboulement en tout cas car recevoir son « darshan » n’est certes pas anodin ! Cela n’est pas négatif mais est-ce bien raisonnable … Amma n’a plus aujourd’hui aucun pouvoir sur moi car j’en ai décidé ainsi, tant que je lui donnais ce pouvoir, elle l’avait, certes, les « Om Shanti », je les ai éliminé de mon vocabulaire, je ne le regrette pas, il y a une tristesse infinie dans la bakti alors que dans le Christ il y a la joie, je ne sais pas si je suis suffisamment claire mais en tout cas c’est ce que je ressens. À titre d’exemple, je me trouvais un jour à Bombay dans une foule immense devant Amma et j’ai pensé à un moment que j’aimerais avoir une photo avec Amma en train de m’enlacer, le lendemain matin, tous les hindous m’interpelaient pour me dire que j’étais en photo avec Amma sur le journal local, voilà le genre de clin d’oeil qu’Amma vous fait si vous êtes en phase et en demande comme je l’étais à l’époque, est-ce si extraordinaire ? Ma réponse est non bien sûr car je suis capable sans fausse modestie de pouvoirs moi aussi mais cela offense mon Seigneur et de cela j’ai pris conscience, je n’ai plus recours à ces états modifiés de conscience ni à ces « siddhi » (pouvoirs), quel véritable besoin aurions-nous de tout cela, faire confiance au Tout Autre est tellement plus facile, Il se donne, je n’ai pas à le conquérir. Amma ne me fascine plus comme d’autres idoles ont pu me fasciner, j’ai retrouvé mon port d’attache et ne le quitterai plus pour rien au monde.
    « Mes enfants », dit-elle, est-elle donc Dieu pour parler ainsi ? Pour un chrétien, c’est absolument inconciliable. Mon « trip » est terminé et je me sens beaucoup plus libre, grâce à votre témoignage, Père, je n’ai plus de doutes même si parfois je subis encore quelques attaques, je me sens libérée d’un tel poids et tellement plus consciente et lucide, j’ai pris des risques, je me suis brûlé les ailes et j’aurais pu continuer ainsi pendant longtemps si je n’avais pas entendu l’appel du retour. Il n’y a vraiment aucune raison pour que tous ces gourous prennent un pouvoir abusif sur toutes les brebis égarées, laissons leur le bénéfice du doute car après tout ils ont des côtés sympathiques mais gare à celui qui ne prend pas garde et risque de se perdre dans un dogmatisme insupportable. Comme vous le savez Père, en tant que femme, lorsque j’avais mes menstruations, je ne pouvais pas toucher les objets de rituels ni aller au temple, c’est dire !
    Je vous remercie vraiment Père d’oser parler de tout cela et de ne pas faire l’hypocrite, c’est vraiment l’Esprit Saint qui vous pousse car vous le faites à chaque fois sans animosité et avec beaucoup d’amour pour votre prochain, pour l’église et pour le Christ, je suis heureuse que vous ayez cette mission. Je me permettrai pour terminer d’assurer à tous ceux qui pourraient éventuellemnt penser que le Père Verlinde est un gourou, qu’il n’en est rien ! Sa démarche et son attitude n’ont vraiment rien à voir avec celles des gourous que j’ai connus !

  3. Anonyme 16 janvier 2007 à 19 h 02 min #

    Père verlinde, bonjour,
    Je lis vos publications (papier et internet) avec beaucoup d’intérêt.
    Je suis néanmoins très gêné par les termes de vous employez,dans l’article sur l’étreinte de la sainte par exemple, tels que « corps astral » par exemple, notions pour le moins déroutante pour le catholique (« de base » et « classique ») que je suis. Vous en conviendrez, ce sont des expressions qui, à ma connaissance, ne sont pas familières à la culture chrétienne.

    • Père Joseph-Marie Verlinde 18 janvier 2007 à 13 h 24 min #

      Vous avez tout à fait raison, mais comme j’ai expliqué à plusieurs reprises ce vocabulaire sur le site, je me permets de l’utiliser librement, en espérant que les lecteurs (auditeurs) auront la patience d’utiliser le moteur de recherche pour trouver l’explication désirée.