Corpus Hermeticum

Le Corpus Hermeticum – ou Hermetica – rassemble l’ensemble des écrits attribués à Hermès Trismégiste. La plupart des spécialistes désignent l’Egypte comme terre d’origine de cette littérature, dont la rédaction a dû s’échelonner entre le Ie et le IVe s. de notre ère, avec des ajouts plus tardifs, allant jusqu’au Moyen Age.

Le Corpus serait l’œuvre du dieu égyptien Thot, que les Grecs identifièrent à Hermès. L’épithète de Trismégiste que les Grecs ajouteront à Hermès, est une redondance qui signifie « trois fois très grand ». Il s’agit d’une littérature de révélation et d’initiation, constituant un ensemble assez composite de traités, touchant toutes les branches de la connaissance : astrologie, médecine, alchimie, philosophie, théologie.

L’originalité de l’hermétisme réside dans sa vision du monde comme un Tout, dont l’unité est sauvegardée par les relations de sympathie et d’antipathie qui lient entre eux tous les êtres qui le composent. Selon cette doctrine, les astres, dieux ou images de la divinité, émettraient des influences qui agissent sur les hommes. Le but de la philosophie est précisément l’étude de ces chaînes mystiques que la sympathie tisse entre les dieux et les hommes, mais aussi les animaux, les plantes et les minéraux.

C’est ce qu’exprime la règle de correspondance de la fameuse « Table d’Emeraude » – Tabula Smaragdina – ainsi nommée parce qu’elle aurait été gravée par Hermès en personne sur une émeraude :

« Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour que s’accomplissent le miracle de l’unité. »

Cette table aurait été trouvée dans les mains de la momie d’Hermès par un Isarim – un initié – dans une chambre obscure de la grande pyramide de Ghiseh.

Tags: , , , , , , , ,

(les commentaires sont fermés)