Une dérive inquiétante

La lecture d’un extrait de l’ouvrage de J. Lovelock, « La terre est un être vivant », permet de prendre la mesure de la dérive antihumaniste de l’hypothèse Gaïa.

(les commentaires sont fermés)