“Dieu n’a pas créé l’univers !” : Stephen Hawking dérape encore

Le père Joseph-Marie n’a (malheureusement) plus la disponibilité nécessaire pour mettre à jour ce blog. Je l’ai entendu réagir à un article du Monde de telle manière qu’il m’a pourtant paru intéressant de partager ici ses explications.

Le Monde est en effet trop heureux de citer le célèbre scientifique Stephen Hawking :

L’astrophysicien britannique Stephen Hawking affirme que l’Univers n’a pas eu besoin de Dieu pour être créé. Dans son nouveau livre, The Grand Design, Stephen Hawking souligne qu’en comprenant une série complexe de théories physiques, la création de l’Univers s’expliquera. Des extraits de cet ouvrage, écrit avec le physicien américain Leonard Mlodinow, ont été publiés jeudi dans le Times.

« Il n’est pas nécessaire d’invoquer Dieu (…). L’Univers peut et s’est créé lui-même à partir de rien, selon Stephen Hawking. La création spontanée est la raison pour laquelle il y a quelque chose plutôt que rien, la raison pour laquelle l’Univers existe et nous existons »

Le père Joseph-Marie s’exclamait : « Il récidive ! ». Et de rappeler une discussion avec ses étudiants du cours de Philosophie de la Nature qu’il donnait à l’Université Catholique de Lyon. A l’époque déjà, Hawking faisait cette erreur grossière de confondre le champ quantique fondamental avec le néant.

Or, explique le père Joseph-Marie, c’est exactement l’inverse : ce champ énergétique précontient toute l’énergie qui va se déployer ensuite dans les univers ; on peut le comparer à la pure potentialité. Il est seulement en parfait équilibre et en attente d’une rupture de symétrie qui va lancer le processus de « création », c’est-à-dire de passage de la potentialité à l’acte.

Tout étudiant en philosophie le sait : Aristote soulignait déjà qu’entre l’être et le non-être, la potentialité a une existence réelle, car du néant rien ne peut sortir. « Autrement dit, nous expliquait le père Joseph-Marie, ce champ de potentialités infinies, “gros” de tous les univers, n’est pas le néant, mais la matrice créée de tous les univers. Élémentaire, mon cher Watson ! ».

Voilà une des nombreuses occasions qui nous font regretter de ne plus lire régulièrement le père Verlinde dans ces colonnes. Il a l’art de mettre en lumière les âneries dont se gargarisent ceux qui cherchent à choquer et qui voudraient que Dieu soit définitivement mort…

(les commentaires sont fermés)