| Doctrine Flux RSS de cette section

Les écorces de l’âme

« Les kabbalistes comparent l’esprit à une substance qui reste fluide dans le milieu divin et sous l’influence de la lumière essentielle, mais dont l’extérieur se durcit comme une cire exposée à l’air dans les régions plus froides du raisonnement ou des formes visibles. Ces écorces ou enveloppes pétrifiées (nous dirions mieux « carnifiées », […]

Un spiritualisme sans esprit

« Spirituel et corporel sont des mots qui expriment seulement des degrés de ténuité ou de densité de la substance. » Eliphas Lévi, Dogme de la Haute Magie La théorie de la relativité restreinte (Einstein, 1905), nous apprend que la matière et l’énergie sont équivalentes (au carré de la vitesse de la lumière près : […]

Une explication « naturelle » de la grâce surnaturelle – Eliphas Lévi

« Le grand initiateur du christianisme, comprenant que la lumière astrale était surchargée des reflets impurs de la débauche romaine, voulut séparer ses disciples de la sphère ambiante des reflets et les rendre uniquement attentifs à la lumière intérieure, afin qu’au moyen d’une foi commune, ils pussent communiquer ensemble par de nouveaux cordons magnétiques qu’il […]

Le diaphane

« Il n’y a pas de monde invisible, il y a seulement plusieurs degrés de perfection des organes. Le corps est la représentation grossière et comme l’écorce passagère de l’âme. L’âme peut percevoir par elle-même, et sans l’entremise des organes corporels, au moyen de sa sensibilité et de son diaphane, les choses, soit spirituelles, soit […]

Moïse et Descartes

« Lorsqu’un philosophe a pris pour base d’une nouvelle révélation de la sagesse humaine ce raisonnement : “Je pense, donc j’existe”, il a changé en quelque sorte à son insu, suivant la révélation chrétienne, la notion antique de l’Etre suprême. Moïse fait dire à l’Etre des êtres : “Je suis celui qui suis”. Descartes fait […]